Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-09-12T14:04:00+02:00

SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE

Publié par bouboune

Ce jour juste un article qui date du mois de novembre l'année derniere car je vois que certains lecteurs me disent qu ils ne connaissent pas

 

A la demande de Lady marianne je crée un article sur ma maladie. Il va se déroule de la manière suivante :
    - des articles trouvés sur internet
    - des commentaires qui me concernent 

 

La spondylarthrite : qu’est-ce que c’est ?

 

La spondylarthrite est un rhumatisme inflammatoire douloureux qui se caractérise par sa localisation préférentielle à la colonne vertébrale et aux articulations sacro-iliaques du bassin, avec un risque au cours de l'évolution de survenue d'un enraidissementprogressif. Cette pathologie peut également atteindre les articulations périphériques (celles des membres inférieurs surtout) et d'autres organes comme la peau, l'oil ou l'appareil digestif le plus souvent.

La spondylarthrite est la forme classique d'un groupe de maladies regroupées sous le nom de spondylarthropathies. Ces dernières ont toutes en commun l'atteinte inflammatoire de la colonne vertébrale et du bassin, des articulations périphériques et à un degré divers d'autres organes.

Quelle est la première lésion à survenir ?


La spondylarthrite débute par l'inflammation d'une structure anatomique bien particulière : l'enthèse. C'est en fait la zone où les tendons, les ligaments, les capsules s'insèrent sur l'os.



On distingue plusieurs parties dans cette enthèse, du corps musculaire à l'os :

  • la zone en continuité avec le corps musculaire, faite de fibres de collagène organisée en faisceaux parallèles ;
  • la zone qui lui fait suite, présente des fibres de collagène qui s'oriente de façon différente et des cellules du cartilage (les chondrocytes) font leur apparition ;
  • ensuite, ce tissu fibreux et cartilagineux va se calcifier;
  • pour se terminer par des travées osseuses.

Au cours de la spondylarthrite, une inflammation va se développer au sein de l'enthèse, créant une enthésite. Cette inflammation aiguë se produit au niveau de l'insertion sur l'os, puis va cicatriser en se fibrosant, et dans un dernier temps une ossification peut se produire et s'étendre ensuite vers le tendon ou le ligament. On parle alors d'entésophyte.


C'est ce phénomène que l'on va retrouver en particulier sur :

  • la colonne vertébrale, à l'endroit où s'attache le disque intervertébral sur les vertèbres ;
  • les articulations sacro-iliaques ;
  • l'insertion du tendon d'Achille.

 

 

 

 

 

 

Pour ma part ma maladie a vraiment debuter lors de la naissance de mon premier enfant. Il n'avait que 6 mois quand un matin je n ai pas pu me lever j'avais le bassin complètement verrouillé. Mon époux est rentre en urgence à la maison d'un pour s'occuper de son fils puis de moi. En attendant qu'il s'occupe de son fils , j'ai pris un antalgique qui ma permis de me lever au bout d'1h30. La douleur étant toujours là mon mari m'emmène chez notre médecin traitant et c'est là que tout commence. Comme je suis infirmière travaillant de nuit à l'époque il a collé "ce mal de dos " comme surmenage . Je suis repartie avec une ordonnance d'antalgiques et des séances de kiné. Plus le temps passait plus mes douleurs matinales amplifiaient, le kiné ne me soulageait pas au contraire cela à empirer. Je suis retourné voir mon médecin traitant qui m'a donne des anti-inflammatoires et 3 jours d'arrêt pour me soulager. La douleur diminuait mais le matin j'avais toujours une raideur au bas du dos qui diminuait dans la matinée. Mon kine a essaye de me manipuler à part me faire hurler de douleur c'est tout ce qu'il faisait. Ce jour là mon kiné s'est assis et m'a dit il y à autre chose retourne voir le médecin.

Le soir même j'étais chez le médecin , et là il a fait son boulot en me disant il faut approfondir car ce n'est pas normal il m'a fait faire scanner dorsal bilan sanguins avec les marqueurs rhumatoides puis je lui ai parlé de ma maman qui elle aussi à une spondylarthrite donc il a fait une recherche de HLAB27, il m'a pris rendez-vous avec un rhumatologue pour que je consulte après avoir eu tous les résultats. J'ai fait tout les examens et le rhumatologue m'a dit" oui peut être il faut voir avec le temps". Il m'a donné un traitement plus fort en antalgiques et 15 jours de repos . Quel soulagement au bout de 10jours de ce traitement je gambadais comme un lapin.

 

 

       C'ETAIT MA PREMIERE CRISE DE POUSSEE INFLAMMATOIRE

 

 

 

 

 

 Il est important de connaître les premières manifestations possibles de la spondylarthrite, de façon à ne pas tarder à voir votre médecin pour qu'il puisse poser le diagnostic au plus vite.

La spondylarthrite débute en général vers 26 ans, et contrairement à une idée reçue aussi souvent chez la femme que chez l'homme. Des douleurs rachidiennes peuvent survenir au début. Le mal de dos est très banal, mais certaines particularités doivent vous faire consulter rapidement :

 

  • des douleurs qui surviennent volontiers la nuit, vers 2 ou 3 heures du matin et qui ne sont pas calmées par le repos ;
  • au réveil, une sensation de raideur qui dure plus de 30 minutes, voire parfois plusieurs heures ;
  • souvent l'existence de douleurs fessières d'un ou des côtés, ou à bascule (c'est à dire tantôt à droite et tantôt à gauche) ;
  • des douleurs associées aux précédentes et qui se localisent sur le bassin ou la symphyse pubienne.

Comment se manifeste la spondylarthrite  ?

>> Quelles sont les articulations touchées ?


Il faut distinguer les atteintes dites axiales, des atteintes périphériques.


On entend par atteinte axiale, les lésions au niveau de la colonne vertébrale, du bassin, et de la paroi thoracique antérieure.


L'atteinte de la colonne rachidienne peut se localiser à n'importe quel étage, du rachis cervical au rachis lombaire. L'inflammation siège au niveau des ligaments et des articulations entre les vertèbres.




Au bassin, ce sont les articulations sacro-iliaques (figurées en rouge sur le schéma) qui sont la cible privilégiée de la spondylarthrite. Elles sont situées dans la fesse, entre le sacrum et l'os iliaque.



Enfin, le thoraxpeut être atteint. La cage thoracique est consitutée en arrière de la colonne vertébrale, en avant du sternum et latéralement par les côtes qui s'articulent en avant avec le sternum et les vertèbres en arrière.



Les atteintes périphériques, comprennent toutes les autres articulations des membres supérieurs et inférieurs. Ce sont surtout les grosses articulations comme le genou ou la hanche qui sont touchées.



Les articulations des doigts et des orteils sont également atteintes, avec une inflammation non seulement de la synoviale, mais aussi des enthèses.

Enfin, l'atteinte inflammatoire des enthèses touche préférentiellement le talon.
Plusieurs structures peuvent être touchées :

  • l'insertion du tendon d'Achille sur l'os ;
  • les bourses séreuses de part et d'autre du tendon ;
  • et l'insertion sous le talon de l'aponévrose plantaire.

 



Comme je vous l'ai dit plus haut,mes douleurs étaient centrées sur le dos, j'ai continue à travailler en alternant mes prises de médicaments. Puis est arrive l'envie d'un deuxième bébé. Notre puce est arrivée deux ans plus tard pendant la grossesse pas de problème. J'ai eu un accouchement difficile sans péridurale avec l'impossibilité de choisir ma position et notre puce qui ne voulait pas venir. Le gynécologue de garde a du sortir la puce avec la ventouse. L'année qui a suivi fut a peu près tranquille.
Et là patatras, les douleurs reviennent la nuit mais s'arrêtent le matin,je suis fatiguée.Je n'arrive plus à enchaîner le travail à la maison, le boulot et les enfants je rentre du travail épuisée bien que la charge de travail n'a pas augmente. Je prends antalgiques sur antalgiques j'ai traîné comme ça pendant six mois. Un matin je me lève 38°c de fièvre mais pas de symptômes je vais quand même travailler,j' ai eu de la fièvre pendant six jours sans symptômes, j'ai consulté mon médecin traitant qui m'a fait faire un bilan complet.Résultat bilan inflammatoire perturbé...... Au septième jour plus de fièvre, juste fatiguée et je continue de travailler.Puis quelques temps plus tard en travaillant je ressent une douleur violente dans le bas du dos plus la journée avançait moins je pouvais prendre appuie dessus je marchais sur la pointe du pied. Comme le week-end arrivait et que nous les infirmières travaillons le dimanche je suis allée consulter mon médecin qui m'a chargé en antalgiques qui m ont transforméeen zombie et refusé l'arrêt de maladie. J'ai travaillé comme ça pendant trois jours. J' ai accepté l' arrêt de maladie et voilà le résultat cela fait un an que je travaille plus.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog